31 mars 2008

Jour de neige

img392/4914/1003450zt2.jpg
Copyright Foxart

Jour de pluie

img509/4628/1003449gi6.jpg
Copyright Foxart

Bareback Zombie

Disco peplum

img172/336/herculesra8.jpg

Mon coup de coeur du moment va à l'electro-disco d'Hercules & Love Affair dont le mégatube Blind, commence à faire une sérieuse concurrence au 4 minutes de Madonna sur les ondes radios...

img377/7032/herculesblindui0.jpg

Antony Hagerty (Antony & the Johnsons) prête sa voix à plusieurs titres de l'album, ce qui est déjà, en soi, une excellente nouvelle, d'autant qu'on est heureux de l'entendre s'essayer à un registre inhabituel pour lui, la musique-de-danse-de-djeun's

img440/9664/antony2vg7.jpg

Les trois titres issus de l'album qui sont parvenus jusqu'à mes oreilles les ont fait furieusement bander ! et les quelques remixes de Blind auront réveillé mon vieux boule...
L'album est donc commandé sur Amazon.uk (moins cher...) et en attendant qu'il ne tombe dans ma boite à lettres, je vous en propose quelques échantillons en cadeau Bonux (lien dans les coms), les mêmes qui m'ont mis l'eau à la bouche, et pas qu'à la bouche... On parie que ça sera votre achat du mois ?! ;-)

img503/8987/hercules2wu6.jpg








Deux coeurs en hiver

img401/1213/uncoeursimplevy5.jpg

Choisir le film en costume pour faire ses premières armes au cinéma est un choix aussi ambitieux qu'audacieux de la part de la réalisatrice Marion Laine. Eviter de surcroit la reconstitution empesée est un exploit rarement atteint au cinéma et c'est un pari, ici, grandement gagné, L'atmosphère générale est fortement inspirée de peintres célèbres (Courbet, Renoir, Manet et Delatour, surtout) mais ces évocations restent aussi discrètes que visuellement magnifiques, on pense un peu, dans la forme, au sublime Van Gogh de Pialat, par exemple.

img159/8043/uncoeursimple2uv0.jpg

Si Marina Foïs peine, au départ, à convaincre dans ce contre-emploi trop flagrant (elle prête même parfois à sourire...), elle finit par devenir parfaite dans le rôle de cette femme au cœur sec et à l'âme frigide.
Sandrine Bonnaire est à la fois terreuse et lumineuse et elle est - une fois de plus - géniale dans ce rôle qui lui va comme un gant (j'ai pensé, encore, à Pialat et à l'illumination d' À nos amours). Elle est de ces comédiennes rares (avec Béatrice Dalle) qui réussissent l'exploit d'être de véritables révélations à chaque nouveau rôle !

img159/6961/uncoeursimple3eb0.jpg

Le rythme du film est lent mais s'impose sans aucun ennui, jamais... beaucoup de second rôles sont merveilleux (Noémie Lvovsky, si formidable qu'on aimerait que son rôle soit plus long !) et c'est notamment avec un bonheur absolu qu'on retrouve l'épatant Johan Libéreau (Les Témoins, Douches froides);
L'histoire (très librement inspirée de Flaubert) est simple: deux femmes - une servante et sa maitresse - suivent en parallèle le cours de leur vie sans jamais parvenir vraiment à la gouter pleinement, l'une par impuissance à aimer, l'autre parce que tout ce qu'elle aime et étreint semble systématiquement condamné à lui échapper... la malédiction qui semble frapper ces deux femmes va sensiblement les unir et Marion Laine nous offre là un film vraiment sensible, délicat et souvent très émouvant; Un conte parfois pourtant cruel et ironique et souvent très sombre. Mon coup de coeur, simple, de la semaine... Emotion !




Da Vinci Clone & le nombre pipi

img516/5382/crimesoxfordqc8.jpg

Polar over-capilotracté pseudo-mystico-philosophico-mathématico-mes couilles, Crimes à Oxford est un nanar "hitchcockien" aussi mal foutu, qu'ennuyeux et con... et contre toute attente, même pas drôle, ou alors involontairement... Mais quelle mouche a piqué Alex de La Iglesia d'aller aux States poser une telle crotte...

img516/4907/crimesoxfordelijahdt3.jpg

Une seule chose accroche dans le film: le regard magnétique d'Elijah Wood, plutôt très très bon... dans les deux sens du terme... mais ça fait peu...
Alors fuyez !

29 mars 2008

SIDACTION

3 jours contre le SIDA, c'est peu mais de la part des médias, c'est déjà énorme... Je rappelle à tous que les dons peuvent être fait par internet ou SMS ou téléphone (110) mais que des prélèvements automatiques mensuels sont aussi possibles à hauteur de... ce que vous voulez/pouvez... 5, 10, 15, 20, 25€ par mois, ça évite d'y penser et ça fait une belle somme pour l'assoc' chaque année... nous, c'est la formule qu'on a choisi... et vous, contre le SIDA, vous faites quoi, concrètement ?
Le spot qui suit ne sera pas diffusé en télé : le BVP (Bureau de Vérification de la Publicité) le trouve trop sexué(l), limite porno (!!) et trop violent... on croit rêver !
Comment on attrape le SIDA, déjà ?
A vous de voir...

28 mars 2008

The Jelly Host & chocolate sauce

le nouveau clip de Justice est une nouvelle petite merveille!
décidement, après D.A.N.C.E et DVNO les p'tit frenchies enchantent nos yeux autant que nos oreilles !

Justice - Phantom Pt II from Martin Anthony on Vimeo.

23 mars 2008

C'est toi qu'j'veux voir !

ENFIN, le clip de "Je veux te voir" !!!
Pop Up, meilleur album electro-pop de l'année dernière, sans aucun doute.

19 mars 2008

Coup de coeur is my "Word du jour"

Hier, petite insomnie, je redescends regarder quelques clips, pour me détendre et je tombe sur ça, ce bijou, cette merveille !



je retourne sur mon PC, j'achètes le titre sur itunes, le grave dans ma compil d'avril et retourne au lit ou je l'écoute en boucle environ 272 fois, j'apprends déjà le texte par coeur...
Et l'album me démange maintenant !
Et un p'tit slow avec mon chéri ce matin au réveil !
Il y a comme ça des titres, magiques, de classiques instantanés, des chansons dont on se demande comment on a pu vivre sans jusqu'alors...
Je vous l'avais prédis il y plus d'un an pour Amy Winehouse et je ne m'étais pas trompé... Je vous redis la même chose pour Adèle, pour ce single au moins c'est le N°1 hit assuré... je lui donne moins d'un mois pour envahir la planète !
Ouvrez grand vos oreilles !

18 mars 2008

La vie des gens et des objets

img403/5363/lheuredtbz7.jpg

L'Heure d'été est un très très joli film et qui m'a profondément ému.
Il traite d'un sujet universel - la mort des parents et l'héritage qu'ils nous laissent - avec une grande intelligence, en évitant tout pathos et en traitant davantage du patrimoine (familial, historique et muséal) que du deuil à proprement parler.

img508/2151/lheuredt3vu2.jpg

En confrontant patrimoine universel de l'humanité (l'art, les musées, etc...) et patrimoine familial, il interroge le spectateur sur la valeur des objets qui nous entourent et sur le poids qu'ils pèsent, sur la vie qu'ils contiennent, sur leur valeur et sur le patrimoine qu'ils constituent.
Avec une apparente légèreté, L'heure d'été traite d'un sujet unique (à ma connaissance..) et d'une grande profondeur....

img296/919/lheuredt1xb0.jpg

Derrière ses apparences de film mineur (car il joue sa petite musique, l'air de rien, en mode mineur ), il y a , à la fois, un émouvant et juste portrait de famille mais surtout une profonde réflexion sur nos vies à tous qui m'a touché en plein cœur !
Un mot sur Charles Berling a qui, décidément, Assayas porte chance , car il est merveilleux dans ce film, ainsi que Dominique Reymond qui joue sa femme.
Et c'est L'année Edith Scob, qui après Didine et La Question humaine, fait décidément un retour en grande forme !

img137/3970/lheuredt2pn2.jpg

J'ai vraiment adoré ce "petit" film !

Histoire de fantômes ibériques

img232/7606/lorphelina1txh8.jpg

Filmé sans trop d'esbroufe et même avec un certain talent, visuellement très beau, L'Orphelinat est un nouvel argument de poids pour reparler de cette fameuse nouvelle vague du cinéma fantastique espagnol.
Un film qui remplit honnêtement son rôle de divertissement, qui file gentiment les jetons à certains moments et qui, malgré quelques lenteurs du scénario, se regarde avec un vrai plaisir.

img215/1484/lorphelina2tdu4.jpg

Pas le chef-d'oeuvre du siècle, J.A. Bayona n'est pas encore Guillermo Del Toro (L'Echine du diable), ni Amenabar (Les Autres) ni même le Balaguero de Fragile (sur un sujet similaire, c'est lui LE chef-d'oeuvre !), mais c'est un film fantastique vraiment réussi, bien joué et tout à fait prenant... C'est pas si courant, alors, malgré un léger manque d'originalité, je ne vais certainement pas faire la fine bouche !
C'est en tous cas un coup d'essai tout à fait prometteur et donc un auteur à suivre...

img374/7914/orphelinatez6.jpg

Merci à Ben pour le tuyau !

SIDA année zéro

img147/7985/lestemoinssw4.jpg

Les Témoins est l'exact contraire du film chroniqué (descendu?! lol) précédemment:
Un film incroyablement ambitieux mais qui sait s'effacer derrière son sujet en restant d'une sobriété et d'une humilité exemplaire.

img147/291/lestemoins1tb5.jpg

Un film qui vous attrape le cœur et vous le retourne, vous bouleverse, sans chichis, ni violons tout en évitant de sombrer dans l'excès inverse d' une âpreté auteuriste.
Des acteurs qui n'ont jamais été aussi merveilleux: Emmanuelle Béart est inoubliable dans ce beau rôle, Johan Libéreau, lumineux, crève l'écran davantage encore que dans le beau Douches froides, Michel Blanc, Julie Depardieu et Sami Bouajila sont tous plus que parfaits...

img148/5184/lestemoins2kc0.jpg

Un sujet à priori casse gueule (Début des années 80, l'apparition du SIDA par le petit bout de la lorgnette) traité avec un tact et une sensibilité désarmante malgré la frontalité avec laquelle il est traité par le cinéaste.
Bref un grand, un très grand Téchiné... le plus grand, peut-être ! Je n'ai pas peur de le dire:
Chef d'oeuvre absolu !!!

img237/3439/lestemoins3xm7.jpg

Le choc du mois ! (avec un an de retard... je sais, Ben ;-) lol) et la preuve, après Les Chansons d'amour et la Graine et le mulet que le cinéma français se porte très bien... merci !

La Morne Piaf !

img329/4978/lamomeod1.jpg

La môme est un film totalement détestable et d'une connerie abyssale !
Rares sont les films qui auront réussi à me mettre dans une telle colère (ask Angelo lol).
Un film ampoulé, pompier, ultra poseur et archi-prétentieux au style destructuré complétement gratuit et souvent incompréhensible, se vautrant tant qu'il peut dans sa suffisante pédanterie et réduisant tous les efforts de ses comédiens au ridicule le plus achevé... Un film qui pète si haut et qui a le cul si bas. C'est affligeant !

img186/3778/lamome1mr2.jpg

Marion Cotillard est vraiment géniale, elle mérite son César, son Oscar, son Golden Globe, son Bafta et franchement pour tant de puissance dramatique, de mimétisme troublant et d'énergie dépensée pour un tel nanar, elle mériterait la Palme d'or à Cannes et la Légion d'honneur !!!
Car elle a vraiment du mérite à porter à bout de bras ce film dégueulasse, au partis pris narratifs (la déstructuration du récit...obscur...) et visuels (la lumière constamment sous-exposée et l'abus des contre-jours... insupportable !) tous plus cons les uns que les autres, à la direction d'acteurs indigente (mon dieu l'apparition de Marlène Dietrich... pauvre Catherine Sihol !!)
Même Sylvie Testud est mauvaise en roue libre ! fallait le faire tout de même !!!

img379/869/lamome4uj9.jpg

Le film réduit d'ailleurs tous les second rôles (dont certains au potentiel épatant : Seigner, Allegret, Coureau, Gregory, Depardieu, Martins) à l'état de potiches faire-valoir décoratifs. Et ce film ne leur rend guère honneur... Il arrive même parfois à les ridiculiser... Et il faut l'avouer, si l'on est majoritairement saisi de tant de force et de mimétisme dans le jeu de LA Cotillard (elle, je l'adore ! vraiment, une sacré bonne femme, avec des couilles énormes) , on baisse honteusement le nez, lors de certaines scènes, lorsque Dahan la pousse au ridicule le plus total... ça n'est même pas risible, c'est juste pathétique et on a honte pour lui, pour elle, pour tous les comédiens !

img152/745/lamome3px4.jpg

Dahan prouve une nouvelle fois qu'il a bien révisé tout son "Scorsese pour les nuls" par coeur (et notamment, sur ce coup là le chapitre Aviator) mais qu'au mieux il arrive à la cheville de Besson, et dans ma bouche, ça n'est certes pas un compliment !
le film ne rend même pas un hommage décent à la vie, à la personne, ni même à la carrière d'Edith Piaf... un comble !

img181/4998/lamome2nz0.jpg

Un ratage absolu à fuir comme la peste... Je vous aurais prévenu !
Tant qu'à faire visionnez le formidable documentaire "Mon Clown" réalisé pendant et après le tournage du film et qui a l'immense mérite de rendre un émouvant et troublant hommage à l'actrice principale du film, celle sans qui ce film ne serait rien, vraiment rien, même pas une petite merde !
Le 5ème élément aura été mon dernier Besson, La môme sera mon dernier Dahan, mon masochisme a atteint ses limites !



Ah putain, ça défoule ! lol

Tragédie musicale

img266/9572/sweeneytoddvr5.jpg

Mise en scène de Tim Burton vraiment inspirée et gothique (la fin évoquant le meilleur de la Hammer), Johnny Depp cabotinant à mort mais touchant au génie comme d'habitude... Helena Bonham-Carter-Burton cabotine à mort et... mouais bof, comme d'habitude... Sacha Baron Cohen (Borat, Ali G) est fabuleux dans un petit rôle et Alan Rickman est over tout...

img291/5716/sweeneytodd1lc1.jpg

Le parti pris gore est une vraie idée de génie pour laquelle Burton a eu bien raison de se battre contre les studios... Mais, car il y a un mais... Ce presque-chef d'oeuvre est totalement plombé par une bande musicale absolument horripilante...

img187/6532/sweeneytodd2bc4.jpg

Car, hélas, Sweeney Todd est une "comédie musicale", chantée à 98%... et la musique - autant que les textes débilitants des chansons - rendent chaque partie chantée fortement agaçante... dès que les personnages se remettent à parler pendant une ou deux minutes, on respire un grand coup et on s'immerge alors pleinement dans ce grand film... Et puis malheureusement, ça rechante illico et là... on baille... au mieux. Au pire, on peste de rage devant un tel gachis...
Pretty Women... GrrrrRRRRRrrr !!!


10 mars 2008

Catherine ringer : Interview

Catherine Ringer : «Je continue»
Propos recueillis par Emmanuel Marolle

lundi 10 mars 2008 | Le Parisien

(LP/J.-B. QUENTIN.)

(LP/J.-B. QUENTIN.)

La chanteuse des Rita Mitsouko nous a accordé sa première interview depuis la disparition, en novembre dernier, de Fred Chichin, son compagnon et le guitariste du groupe. Elle s'apprête à reprendre la route avec leurs musiciens.

ELLE ARRIVE le visage grave, le regard sombre. Puis Catherine Ringer sourit et vous prend par le bras, avant d'entamer une longue discussion. Rencontrée vendredi après-midi, la chanteuse des Rita Mitsouko balance entre rires et larmes, entre l'envie de chanter au présent et la nostalgie d'une carrière construite à deux.

Elle n'était pas apparue depuis la mort de son compagnon Fred Chichin, emporté par un cancer le 28 novembre dernier, à l'âge de 53 ans. « Je ne voulais pas faire de déclaration à ce moment-là. Si j'intervenais, c'était pour annoncer des concerts. » Dans quelques jours, Catherine Ringer sera à nouveau en scène. Seule.

Dans quel état d'esprit abordez-vous ces concerts ?

Catherine Ringer.
Assez sereinement, en fait. C'est la continuité de ce que l'on a fait ensemble sur le début de la tournée, le même répertoire, les mêmes musiciens. Avant la disparition de Fred, j'ai fait une dizaine de concerts toute seule. Un jour, il m'avait déjà dit : « Il y a des moments où je n'ai pas envie de faire autant de scène. Comme toi, tu adores ça, ce serait bien que tu puisses assurer des concerts sans que je sois là. De toute façon, je n'ai pas une présence monstrueuse. Le spectacle, c'est toi, la chanteuse. Derrière, cela pourrait être quelqu'un d'autre. » Quand il est tombé malade, c'est donc ce que l'on a fait, c'était l'occasion. Le soir, on lui téléphonait pour lui raconter comment était le concert. Il était content.

Vous n'étiez pas inquiète ?

Franchement, je ne pensais pas qu'il allait mourir. Je croyais que c'était juste un moment d'épuisement. Il avait eu une hépatite C et avait suivi un traitement assez lourd entre 2001 et 2003. Après, il s'était remis à travailler comme un fou. Fin août, on a fait un dernier concert ensemble, au festival Rock en Seine. Mi-septembre, cela a commencé à ne plus aller. Et son état n'a fait qu'empirer. On ne savait pas ce qui se passait. Les médecins disaient que l'hépatite était à peu près jugulée. C'était en fait un cancer qui n'avait rien à voir.

« En tout cas, les Rita Mitsouko, c'est fini »

Fred voulait que vous continuiez ?

Je pense que oui. Mais on n'a pas eu l'occasion d'en parler. On était trop occupé à savoir si on pouvait envisager une greffe du foie ou pas. Ces nouveaux concerts seront forcément très particuliers, plein d'émotions pour moi, pour le public. Il sera très présent, tout en étant absent. Mais je veux boucler la boucle, terminer l'histoire. J'en ai besoin. Après, je ne sais pas ce qui va se passer. En tout cas, les Rita Mitsouko, c'est fini. J'avais même un moment pensé tourner sous le nom de Tamits, en gardant juste le milieu du nom Rita Mitsouko.

Avez-vous ressenti l'émotion autour de la disparition de Fred ?

Oui. J'ai entendu des commentaires du genre « C'est la fin d'une époque ». J'ai eu beaucoup de témoignages de sympathie sur le site Internet. Cela m'a fait chaud au coeur, c'était un vrai soutien. En revanche, je ne voulais pas d'obsèques publiques. Je n'ai jamais aimé mélanger vie privée et vie publique. Mais je sais que le nouveau single, « Même si », prend une résonance particulière pour les gens. Certains entendent dans le refrain « Si tu disparaissais », alors que c'est « Si tout disparaissait ». J'ai même aussi lu que le clip où j'apparaissais toute seule était prémonitoire, alors qu'il a été fait avant que Fred ne tombe malade.

« Il vaut mieux vivre au présent avec nos souvenirs qu'enfermé dans le passé »

Quand avez-vous recommencé à chanter ?

Juste après la mort de Fred, je me suis isolée, je ne voulais plus voir personne. On a besoin de repenser à la personne qu'on aime et qui n'est plus là. Et puis, je ne pouvais plus chanter, je n'avais plus de voix. Tout était bloqué par l'émotion. Je ne savais même pas si je pourrais rechanter. J'étais trop éteinte intérieurement. Au bout de deux mois, je me suis dit : « Fais des vocalises, va prendre des cours de chant, accompagne-toi à la guitare, au piano. » Cela m'a redonné de l'énergie. Il vaut mieux vivre au présent avec nos souvenirs qu'enfermé dans le passé. Il y a dix jours, je suis retournée pour la première fois dans le studio où l'on travaillait. J'ai enregistré une chanson de Nino Rota, pour un projet de Mauro Gioia que j'avais rencontré sur le spectacle « Concha Bonita » d'Alfredo Arias. Fred avait commencé à s'investir dedans.

Vous voulez continuer la musique ?

Oui, ça, c'est sûr. Je continuerai à chanter. J'ai commencé une chanson, écrit un autre texte. J'en ai toujours fait, même avant de rencontrer Fred, entre 17 et 21 ans. Sur le dernier album, j'ai composé plusieurs chansons. On faisait cela ensemble, moi les textes, lui plutôt la production. Maintenant qu'il n'est plus là, j'ai bien en tête ce qu'il me disait. Il me répétait toujours : « Concentre-toi bien avant les concerts, ne t'éparpille pas. » Je lui répondais : « Oh ! Ça va, eh ! » Désormais, je me le dis, j'ai besoin de l'entendre. Quand la personne n'est plus là, elle continue à vivre en vous.

09 mars 2008

ton univers impitoyable

img115/4798/therewillod9.jpg

Très grand film, sobrement mais magistralement mis en scène, Daniel Day Lewis immense, Paul Dano sans doute encore meilleur !

img129/6696/therewill2jpgnu9.jpgimg517/2338/18867816nn6.jpg

Portrait cruel et impitoyable d'une Amérique manipulatrice rongée par l'ultra-libéralisme et l'individualisme forcené (incarnée dans le personnage de Daniel Plainview) autant que par le fanatisme religieux (le faux prophète) et le tout marketing (l'utilisation de l'enfant comme "appat" en étant un exemple des plus extrèmes)...

img510/8978/therswill2ej0.jpg

un film impressionnant, émouvant, dur et d'une richesse infinie
a voir absolument !

img517/8040/therswilloj2.jpg


Défaites victorieuses

Les meilleures performances de la énième soirée des Victoires de la musique 2008 n'auront pas été forcément récompensées par un trophée... hélas...
Séance de rattrapage du best of the best de la soirée, en commençant par un Higelin en très très grande forme !!!





Emily Loiseau - L'autre bout du monde (magique !)




07 mars 2008

Justice - D.V.N.O.

05 mars 2008

Rhhhhaaaaaaaaaaaa Lovely !