25 février 2009

Danny le moraliste

http://www.cgrcinemas.fr/shared/Vignettes/800x600/SLUMDOG%20MILLIONAIRE.JPG

Le succès américain de Slumdog Millionaire et notamment cette pluie d'Oscars et de Golden Globes n'a rien d'étonnant. Outre son efficacité indéniable, le film de Danny Boyle est surtout très consensuel et moraliste.
S'il est question de morale dans chacun des films du cinéaste britannique, mais il s'est souvent montré plus ambigu et acide que dans ce film qui s'apparente davantage à un conte de fée moderne, à la morale très chrétienne, cette fois... etrangement vu le contexte...
Tout converge vers cela: les frères ennemis, l'innocence et la pureté pour vaincre le mal et la fameuse scène de rédemption...(Scène de la baignoire remplie d'argent, catastrophique !) Sans oublier "Ce que tu donnes aux autres, Dieu te le rendras" et la théorie du destin "c'était écrit".
Alors on ne peut nier que le film possède d'immenses qualités, et notamment dans son rythme effréné, sa superbe peinture de l'Inde et sa direction d'acteurs...
Mais je suis néanmoins un peu resté sur ma fin.

http://www.dvdrama.com/imagescrit2/s/l/u/slumdog_millionaire_9.jpg

La première partie du film est admirable et la fuite en avant de ces trois enfants des bidonvilles, aussi cruelle qu'émouvante, est aussi passionnante qu'elle est brillamment mise en scène...
Mais dès le passage à l'age adulte (et même un peu avant...) ça se gâte...
Le récit se teinte alors de trop de bons sentiments, gomme toute la cruauté et l'ambigüité qui en faisait le prix et l'on s'oriente implacablement vers la guimauve d'un pur conte de fée, à la limite du film pour enfant. Je ne suis alors plus assez naïf pour marcher et j'ai même du mal à croire en la naïveté du projet et de son auteur, même si sa sincérité parait incontestable.
Le Bollywood final enthousisasmant balaie de la main toutes les réticences et on sort de la salle avec le sourire, content du bon moment... mais Slumdog Millionaire est cependant un film un peu décevant et qui ne résistera sans doute pas à une seconde vision tant ses ressorts me semblent artificiels.

http://www.huffingtonpost.com/huff-wires/20090115/eu-britain-film-awards/images/34b47bc3-920d-4c8c-8f13-26e635131ca9.jpg

Une chose restera, cependant, c'est l'interprétation extraordinaire de tous ces enfants et adolescents et notamment la performance remarquable du jeune Dev Patel qui joue le rôle de Jamal et dont je parierais que la carrière d'acteur s'apprête à décoller.
On le reverra très bientôt, j'en mets ma main à couper, il est époustouflant dans ce film !


6 commentaires:

Papa Noyelle a dit…

La formidable BO du film

http://rapidshare.com/files/205818245/S-M-BOF.rar

Benoît a dit…

Oui c'est pas mal dans l'instant, mais c'est pas génial pour autant. le culte-buzz autour de ce film me dérange un peu. Il ne mérite pas autant de louanges mais bon, ca a se comprends... les cérémonies types oscars récompensens les oeuvres qui font le meilleurs compromis entre qualité artistiques et succès public. Force est de constater que Danny Boyle à bien réussi son coup à ce niveau. Oscars logiques mais.. c'est parfaitement démesuré.


Par contre, totalement amoureux de Freida Pinto dans ce film. Le plaisir de la découverte en plus. Je comprend que Malik ne lâche rien de sa quête obsessionelle.. lol

Foxart a dit…

Oui elle est très jolie, mais pas très bonne actrice, si ?!
Pour le reste je suis tout d'accord avec toi.

dasola a dit…

Je suis d'accord avec Benoît que ce que ce film ne mérite pas autant de louanges, surtout quand on a lu le roman comme moi qui m'a paru tellement plus fort. Le film est un peu fouilli, cela part dans tous les sens, on n'a pas le temps de s'attacher aux personnages. C'est dommage. Bonne soirée.

Foxart a dit…

Autant de louanges ?
Je n'ai pas vraiment l'impression que mon billet est un concert de louanges, Dasola... Au contraire...
Car, même si je reconnais certaines qualités au film mon opinion est plutôt globalement tiède même si pas totalement négative, si tu me lis bien...
Quand à l'argument de comparaison avec le livre, ça fait longtemps que j'estime cet argument peu recevable... Un film n'est pas, ne sera jamais et ne saurait être un livre.
Le seul moyen de faire face à un tel argument serait de tirer un excellent film d'un livre médiocre...

Foxart a dit…

Et j'avais oublié...
Bonne soirée à toi aussi Dasola