15 février 2010

L'obstination et le renoncement

http://img695.imageshack.us/img695/5016/nonmafille.jpg

http://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.pnghttp://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.pnghttp://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.pnghttp://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.png

Batir un film entier autour d'un personnage aussi casse-couilles et pleurnichard que celui de Chiara Mastroianni dans Non ma fille tu n'iras pas danser est une réelle gageure car le film risque fort de provoquer un réel agacement.

Or, le talent d'Honoré fait de cette gageure un film gracieux et d'une belle justesse de ton.
Élégamment mis en scène et purgé de toute les afféteries auteuristes qui pouvait parfois encombrer son cinéma et le rendre horripilant à certains (pas à moi, je suis un pur fan, de la première heure et aucun de ses films ou de ses livres ne m'a vraiment déplu), le film atteint un niveau assez rare dans la production française actuelle et il se pose d'emblée comme un des meilleurs films de son auteur.

http://img692.imageshack.us/img692/701/nonmafille4.jpg

Il est pourtant aussi un des plus revêches, un des moins aimables d'Honoré et si l'intérêt du cinéaste pour ce type de personnage très humains mais en qui on rechigne à se reconnaitre n'est pas nouveau, de Cécile Cassard à Dans Paris, en passant par Ma Mère, La Belle personne ou Les Chansons d'amour, on ne peut qu'admirer sa réussite à nous faire chaque fois aimer sincèrement des personnages aussi peu aimables, à une période charnière de leur existence où le rapport à l'autre devient pervers ou douloureux.

http://img63.imageshack.us/img63/7656/nonmafille3.jpg

Le personnage de Chiara Mastroianni si éclatant de lumière et de caractère au début du film s'assombrit au fur et à mesure que l'on apprends à la comprendre et elle reste chaque fois insaisissable. La très belle digression du conte breton en milieu de film apporte un éclairage salutaire au personnage tout autant qu'il l'assombrit et l'on reste comme toutes la famille de cette femme, ses parents, ses frères et soeurs, ses enfants, ses "amoureux", constamment partagé entre l'envie de la gifler et celle de la prendre dans nos bras.

http://img525.imageshack.us/img525/7197/nonmafille2.jpg

Les acteurs sont tous merveilleux dans le film, avec un hommage particulier à La Mastroianni qui a rarement atteint ce niveau de jeu et qui est éblouissante tout au long du film, à Marie-Christine Barrault parfaite, à Marina Foïs, comédienne parfois vraiment passionnante, à Jean-Marc Barr et Marcial Di Fonzo Bo, formidables comme toujours et au petit nouveau à manger tout cru: le frangin himself d'Honoré, Julien, déjà aperçu dans Rien dans les poches de Marion Vernoux et qui confirme l'envie qu'on aurait de le voir sur un écran autant que dans ses bras...

Soupir.... Il est temps que je baise, moi, je suis en train de péter un plomb !

4 commentaires:

Phil Siné a dit…

j'y crois pas tu ne parles même pas du merveilleux louis...
et tu ne classes même pas ce film parmi les chefs d'oeuvre !!! shame on you !!

Foxart a dit…

Je l'adore, certes, mais il a vraiment un tout petit rôle dans le film et je le trouve un peu en dessous de ce qu'il donnait dans Les Chansons d'amour, Ma Mère ou La Belle personne...

Quand au 5ème Totoro... j'ai hésité, j'avoue...
Si j'avais fait cette critique au moment de la sortie ciné, je l'aurais ajouté sans hésiter...
Mais je viens de le revoir en DVD et je dois dire que je suis un tout petit peu moins emballé qu'à l'époque...
Il y a deux ou trois bricoles qui m'ont un peu gêné, notamment le personnage de Garrel qui n'apporte pas grand chose au film et qui est un peu parasité par le petit Honoré Jr qui lui a un abattage dans le film qui éclipse un peu Garrel.
Le personnage de la petite amie du frère est un peu bidon aussi...

Des petits détails, certes, mais qui auront eu raison du 5ème Totoro... Mais j'avoue que j'ai longuement hésité... et puis j'ai tranché...

Mais bon 4 Totoro c'est déjà génial !!!

Phil Siné a dit…

pfff n'importe quoi : "le personnage de Garrel qui n'apporte pas grand chose au film et qui est un peu parasité par le petit Honoré Jr qui lui a un abattage dans le film qui éclipse un peu Garrel"
louis est indépassable et il est ici le personnage ESSENTIEL à tout le film !!! (héhéhé)

Foxart a dit…

Tu voulais sans doute dire qu'il EST LE personnage ESSENTIEL à TOUT le film et à LA survie de TOUT le cinéma français, mondial et sans doute même au coeur même de LA notion d'HUMANITÉ TOUTE ENTIÈRE ?! Non ?

En fait tu aimerais bien coucher avec lui si l'occasion se présentait... c'est ça que tu voulais dire ?! lol