04 février 2010

Suicide city

http://img12.imageshack.us/img12/2038/insidebf.jpg


totoro.pngtotoro.pngtotoro.png


Un petite ville bigote, reculée dans le trou du cul des États Unis, subit une vague de suicides surnaturelle et inexpliquée... Tandis que les plus fanatiques blâment et menacent une famille soupçonnée de sorcellerie, une jeune fille va tenter de découvrir la vérité sur cette malediction et de sauver sa ville... elle devra payer le prix de certaines vérités pas forcément bonnes à entendre et peut-être même de sa vie...

http://img704.imageshack.us/img704/4435/inside2g.jpg


Réaliser un film tel que Inside (From Within) aux USA aujourd'hui est un véritable acte de courage à plus d'un titre:

Premièrement, il est courageux de concevoir un film qui brocarde de manière aussi violente le fanatisme religieux et l'obscurantisme puritain dans lequel l'Amérique sombre à nouveau depuis quelques années et particulièrement depuis le 11 septembre et la guerre en Irak sous les dictatures chrétiennes de Bush père et fils... Le pays tout entier et son industrie cinématographique hollywoodienne semble en effet, souvent, préférer les croisades chrétiennes et leur propagande (façon Narnia ou La Passion du Christ) au brulot anti-bigots.
Peut-être est-ce là l'explication de la sortie directe en DVD du film qui n'aura pas le privilège de passer par la case cinoche, ce qui est regrettable mais sans doute le prix à payer du politiquement incorrect...

http://img641.imageshack.us/img641/5632/inside5.jpg

Deuxièmement, il est aux antipodes des productions fantastiques US actuelles en évitant le filmage épileptique monté à la serpe, très en vogue ces dernières années et en rejetant le gore pour le gore tout en imposant un rythme assez lent, sans être dénué de suspense, jamais ennuyeux et finalement assez reposant pour les yeux et qui se rapprocherait davantage d'une mise en scène à la japonaise ou du cinéma de M. Night Shyamalan.
Tout en gardant les codes d'une bonne vieille série B à l'ancienne... très surprenant, en fait...
On est très loin, par exemple, des roller coasters façon Destination finale 1,2,3 & 4 auxquels le film aurait facilement pu ressembler de par son sujet...

http://img709.imageshack.us/img709/6241/inside3.jpg

Phedon Papamichael réalise un film qui pourrait vite devenir culte et venir rejoindre des oeuvres telles que Emprise de Bill Paxton (toutes proportions gardées) ou Blue Sunshine de Jeff Lieberman au panthéon des séries B injustement oubliées...

http://img6.imageshack.us/img6/1323/inside4y.jpg

A noter que le film vient de recevoir le prix du Meilleur inédit vidéo Mad Movies à Gérardmer, qu'il est diffusé actuellement en exclusivité sur Canal + et qu'il sortira en DVD le 24 février 2010.
Et peut-être le DVD du mois de février de Mad Movies ?? Qui sait ! Espérons...

http://img294.imageshack.us/img294/1140/inside6.jpg

6 commentaires:

laternamagika a dit…

idem, il est prévu que je le vois sous peu celui là... je te lirai + tard

Foxart a dit…

J'ai hâte de lire ce que tu en as pensé... je trouve que c'est VRAIMENT une excellente surprise et je ne suis visiblement pas le seul car j'ai lu hier dans Mad Movies qu'ils le considéraient comme un des meilleurs inédits vidéo de ses dix dernières années, rien de moins !

laternamagika a dit…

Ca y est je l'ai vu. je le mettrai quand même pas dans tes cases Chef d'oeuvres et grande classe, mais c'est effectivement un film intéressant et agréable à suivre. Le film exprime effectivement bien ce retour du religieux dans le cinéma, même si perso je le constate surtout dans la production asiatique, quand bien même The Mist et Le Livre d'Eli montrent leurs visages que moi je considère comme nauséabond. le religieux est constamment là dans le cinéma américain mais comme tu dis, depuis quelques années, il s'impose davantage, on a surtout un retour du fanatisme religieux.

Ce qui est appréciable dans Inside c'est qu'il s'applique plutôt a dénoncer ce fanatisme, il montre une face cachée de l'amérique à travers son hypocrisie et son obscurantisme. Pas mal du tout quoi. une bonne petite série B qui j'espère trouvera son public dans sa sortie DVD à venir..

Foxart a dit…

Oui c'est vrai, c'est exagéré !
je venais juste de le voir et j'étais enthousiaste...lol

Mais qu'est-ce que tu as donc contre The Mist, je n'arriverais jamais à te comprendre sur ce coup là...
Non seulement j'adore ce film, mais depuis, je l'ai fait découvrir à pas mal de monde et il a vraiment fait l'unanimité !
Et maintenant il serait devenu idéologiquement abject ???!
Je ne vois pas en quoi ?
Je trouve même qu'il est de la même veine idéologique que celui ci et dénonce de manière très virulente le fanatisme religieux...

En plus d'être une série B fantastique absolument épatante !
NA !!!

laternamagika a dit…

The Mist m'avait écoeuré quand je l'ai vu en salle, je le trouvait extrêmement malhonnête et racoleur, utilisant les moyens qu'ils prétendait dénoncer.

Je sais que ce film fait l'unanimité et je me retrouve seul contre tous sur ce coup. je lui redonnerai peut-être sa chance à l'occasion, genre si je tombe dessus par hasard a la télé et que j'ai rien d'autre à foutre.

En tout cas, c'est un film qui, quand je l'ai vu, donnait l'impression d'être malin mais que je trouvais particulièrement retord.
Je regrette vraiment de ne pas avoir écris dessus en détaillant ma démonstation quand il est sorti... En tout cas moi, c'est pas d'aujourd'hui que je dis que ce film est idéologiquement abjecte.

Mais attention, je ne prétend pas avoir raison pour autant. Je me suis peut-être coincé à raisonner à l'envers, je suis peut-être passé à côté du film. Je ne sais pas. Quand je le reverrai, je lui redonnerai sa chance le plus honnêtement possible. Je me rendrai alors p.e compte que j'étais à côté de la plaque la première fois... ou pas du tout... lol

Foxart a dit…

J'avoue que je ne comprends vraiment pas ce que tu veux dire quand tu dis qu'il joue comme un gros malin avec ce qu'il dénonce...
Sincérement, je ne vois pas du tout à quoi tu fais référence.
Si tu veux lui donner une seconde chance, je te conseille le DVD et ses bonus passionnants, notamment un making of qui devrait te convaincre de l'enthousiasme et de la sincérité d'un projet porté à bout de bras par le réalisateur avec un budget minuscule et surtout de l'étonnant esprit d'équipe et du coté bricolo du tournage... Des partis pris de mise en scène, d'effets spéciaux, des limites imposées par le budget, etc...
Cela me l'a rendu encore plus sympathique alors que, bon, Darabont... hein... La ligne verte n'était ni le plus honnête ni le plus sympathique des films... Même l'épatant Les évadés résiste très mal à une deuxième vision...
The Mist, je l'ai déjà vu 3 fois et c'est vraiment un grand plaisir à chaque fois.