21 mars 2010

P'tit à Ti, l'oiseau fait son nid...

http://img509.imageshack.us/img509/294/thehouseofthedevil.jpg

http://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.pnghttp://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.pnghttp://img251.imageshack.us/img251/4773/totoro.png

La tradition ça a du bon semble inlassablement nous dire Ti West...

Ce jeune cinéaste totalement dévoué au genre fantastique et qui fait ses classes depuis quelques temps parait quelques peu écrasé par le poids de son admiration au genre et de ses références illustres tant il semble à chaque film rendre hommage à quelques grands nom du cinéma bis ou à quelques classiques.

http://img59.imageshack.us/img59/294/thehouseofthedevil.jpg

Le réjouissant The Roost était tout autant un hommage aux films de bêbêtes avec lequel le jeune homme le jeune a grandi dans les années 80/90 qu'à un des plus grands film du genre toutes époques confondues: La nuit des mort-vivants de Romero.
Avec un budget visiblement ridicule, le jeune réalisait alors un film totalement sincère et amoureux du genre, au dialogues bien ciselés et paliant son manque évident de moyen par énormément d'astuce. Le film qui aurait pu être un pur nanard Z s'avèrait finalement une très prometteuse série B et un joli coup d'essai.

http://img202.imageshack.us/img202/9573/thehouseofthedevils.jpg

Trigger man (totalement invisible chez nous et introuvable, même sur le net) a tout l'air d'un hommage à Délivrance avec son trio de chasseur devenant soudain des proies traquées par un maboul de la gachette.
Cabin Fever 2 - Spring Fever est un hommage débridé bien que plutôt raté autant à le veine Troma Gore/vomi/pipi/caca autant qu'au teen movies les plus régressifs.

http://img707.imageshack.us/img707/57/thehouseofthedevilz.jpg

Mais c'est avec The House of the devil que Ti west, jeune cinéaste d'à peine 30 ans, semble avoir enfin trouvé le juste équilibre entre l'hommage compassé et la création personnel et entre un budget limité et la liberté artistique qu'il permet au minimum.

http://img12.imageshack.us/img12/294/thehouseofthedevil.jpg

Situant son film au tout début des années 80, il nous raconte les déboires d'une pauvre baby sitter archi-sexy dans son petit jean ultra moulant aux prises avec une secte satanique en quête de sang frais et de sacrifice humain par une belle nuit de pleine lune.

http://img143.imageshack.us/img143/444/thehouseofthedevil2.jpg

Le film rend un hommage évident à quelques classiques du genre et particulièrement à l'un des plus beaux de ces années là: Terreur sur la ligne de Fred Walton chroniqué ici il y a peu. On y retrouve cette atmosphère claustrophobique et angoissante, l'utilisation discrète mais récurrente du téléphone, un travail sur le son tout à fait exceptionnel, un gout pour les héroïnes aussi frèles qu'elle sont actives et dégourdies et une gestion assez géniale du décor et de chaque recoin de la maison. Sur ce dernier point on pense évidemment aussi à trois autres immenses classiques du genre: Black Christmas de Bob Clark, La dernière maison sur la gauche de Wes Craven et Halloween de John Carpenter auquels le film fait clairement référence.

http://img256.imageshack.us/img256/1417/thehouseofthedevil1.jpg

On pourrait citer aussi, tous les films mettant en scène des sectes sataniques dans les années 60 et 70 tels que Satan mon amour de Paul Wendkos, Rosemary's baby de Roman Polanski ou Les vierges de satan de Terence Fisher.

http://img39.imageshack.us/img39/294/thehouseofthedevil.jpg

Ti west pousse la nostalgie jusqu'à épouser un rythme très lent, totalement (et bêtement) obsolète dans le cinéma d'horreur aujourd'hui, instillant peu à peu une atmosphère profondément angoissante et faisant avancer le récit par à coups dans des scènes de violence aussi inattendues que brillamment réussies.

http://img524.imageshack.us/img524/444/thehouseofthedevil2.jpg

Un film à l'ancienne, donc, ce qui n'est pas pour me déplaire, un film d'avant les overdoses de caméras roller-coasters épileptiques, du montage cut illisible et des geysers sanglants des films gores, sadiques et cons de ces dernières années.

http://img203.imageshack.us/img203/444/thehouseofthedevil2.jpg

Un film qui base la peur sur les ellipses, les zones d'ombres, le silence et l'utilisation du hors champs sans jamais abuser du zoom ou de la caméra subjective.
Et surtout un film hommage très réussi et qui parvient, par la qualité même de sa mise en scène, à dépasser la simple citation obséquieuse pour s'imposer comme un vrai grand film d'angoisse moderne... à l'ancienne ! Bref, tout pour me plaire.

Et vivement conseillé !

6 commentaires:

Phil Siné a dit…

eh ben ça fait envie... je ne connais pas...
mais suis pas d'accord pour tes qualificatifs sur les films gores de ces dernières années, je ne sais pas exactement ce que tu vises en plus...

Foxart a dit…

Bah je vise ceux qui pense qu'en devenant illisibles en secouant un max la caméra on fait du cinéma, façon Rec2, ceux qui pense que la caméra doit faire des montagnes russes et du kung fu façon House of the dead et ceux qui exhibe leur violence inouïe avec un sadisme et une autosatisfaction écoeurant, l'ensemble du film, mise en scène et scénario compris reposant sur des effets gore spectaculaires mais creux et donc obscènes façon Saw 2 ou Hostel 1, entre autre.

Après il y a du gore que j'adore... comme Hostel 2, par exemple, mais là, il y a de mise en scène et pas qu'un peu... du plaisir et pas qu'un peu également.

Mais quand tout repose sur le gore et rien d'autre, on s'emmerde, non ?! et puis ce qui pouvait fiche la trouille ou faire rire il y a 20 ans est désormais mort.

Mais évidemment il y a plein de contre-exemples de film gore hyper réussi ces dernières années.

C'est juste que le gore pour le gore m'emmerde et que ce petit film lent et pas gore m'a juste fichu plus la trouille (et la gaule) que plein de film très "actifs" et explicitement violent de ces dernières années.

eelsoliver a dit…

Ti West... réalisateur de l'horrible cabin fever , signe son 2nd et meilleur film. Une oeuvre par ailleurs surprenante qui vient piocher chez Polanski. J'ai bcp aimé...

Foxart a dit…

Juste réalisateur du Cabin Fever 2...
Eli Roth est responsable du premier qui n'est pas mal du tout, je trouve.

Mais Ti West est aussi réalisateur de l'excellent bien que très fauché The Roost.
A voir.

Mais The house of the devil reste à ce jour le meilleur film de ce réalisateur très prometteur et très attaché au genre.

Foxart a dit…

D'ailleurs, en fait, The House of the devil n'est pas son deuxième film, mais son 3ème après The Roost et Trigger man et avant Cabin Fever 2.

eelsoliver a dit…

oui, maintenant je sais que j'avais pris en note ce film en lisant cette chronique. D'ailleurs, j'avais déjà laissé un comm sur cet article. Merci Foxart !