09 avril 2010

In the mouth of madness


click to zoomclick to zoomclick to zoomclick to zoomclick to zoom


Voila bien longtemps que Scorsese ne m'avait pas emballé et convaincu à ce point et en prime avec un film aussi tordu, zarbi et "malade" que celui là.

Une imparable perfection: La mise en scène est à la fois si virtuose qu'elle peut se permettre les plus belles folies et retomber chaque fois sur ses pattes et parallèlement elle nous entraine (sans vraiment nous laisser le temps de contempler) dans un récit si haletant qu'elle fait oublier son incroyable génie pour nous embarquer totalement au coté des personnages, sans faire jamais un étalage outrancier de son talent.

click to zoom


On ne ressent que peu, ici, cette esbrouffe que j'ai parfois pu reprocher au cinéma de Scorsese qui semble souvent se regarder le zizi pour se préparer au grand concours de bite des cinéastes géniaux.

click to zoom

Le film est absolument dément et parfait, certes, mais il est aussi palpitant que pouvait l'être Les Inflitrés, avec lequel il partage un vrai gout pour l'humain et ses labyrinthes mentaux mais aussi avec l'un des plus grands films de John Carpenter "L'antre de la folie", avec lequel il partage ce talent extraordinaire pour les décrochages narratifs et cette immersion de plus en plus étouffante au cœur même de la folie.

click to zoom


Cet immense film barge, paranoïaque et archi-complexe dans sa forme n'oublie jamais d'être tout simplement un film, à échelle humaine bien qu'à degré de lecture multiple, un vrai film à suspense, un "divertissement" d'apparence mainstream et qu'il s'ouvre ainsi en grands les portes du génie. de quoi rendre jaloux bien des grands cinéastes morts ou vifs, Hitchcock ou Kubrick en tête (non, je n'ai pas peur de lâcher les chiens lol)
On est bien loin ici de la froideur un poil conceptuelle qui faisait parfois la limite de The Ghost Writer, malgré le génie de sa mise en scène et Scorsese réalise sans doute là un de ses plus grands chef d'oeuvres, alliant à la fois la puissance et la complexité de sa mise en scène à un vrai récit romanesque et s'imposant, d'ors et déjà comme l'un des grands chef-d'oeuvres de 2010.

click to zoom


Avec un Leonardo Di Caprio lui aussi vraiment génial dans un très très grand rôle à sa dé-mesure, une fois de plus.

Et un Scorsese qui revient enfin à sa juste place et à son plus haut niveau !



Shutter Island Bande annonce VOST FR
envoyé par Cinetrafic. - Court métrage, documentaire et bande annonce.

4 commentaires:

eelsoliver a dit…

En effet, Scorcese signe un grand film, plutôt complexe par ailleurs mais réellement passionnant. Sinon, je t'invite à découvrir mon blog ciné. Voici l'adresse:
http://cinemadolivier.canalblog.com/
peut-être pourrions nous partager des impressions sur nos sites respectifs ? A bientôt j'espère...

Foxart a dit…

J'y suis passé et je m'y sens déjà chez moi !

Phil Siné a dit…

hiiii !! tu le découvres bien tardivement ce chef d'oeuvre je trouve... ne me dis pas que tu ne l'as pas vu en salle quand même !
sinon comment peut-on etre rebuter par un film de scorsese ? à aucun moment je ne l'ai surpris en train de se regarder ce que tu dis... ;)

Foxart a dit…

Si, si, je l'ai bien vu en salle...
juste avant l'opération...

Pour le concours de bites, et le cinéaste brillant qui se regarde filmer et flingue ainsi au moins en partie son film, revois donc des films comme Gangs of New York, Les nerfs à vif, La dernière tentation du christ ou Aviator...