11 juin 2010

Survival



click to zoomclick to zoom


Il y deux films dans 8 fois debout, l'un plus délicat et social mettant en scène avec une grâce infinie le parcours difficile d'une jeune femme évoluant difficilement dans le milieu hostile de la France d'aujourd'hui. L'autre tirant davantage vers la comédie romantique à la manière d'un cinéma indépendant US façon Sundance.
Cette incapacité à choisir son camp et son style impose autant de frustration qu'il distille de plaisir.



Le film n'est en effet jamais aussi bon que lorsqu'il se fait silencieux pour filmer au plus près le beau visage de Julie Gayet et capter avec beaucoup de justesse à la fois ses errements, ses refus, ses résignations tout autant que l'immense espoir qui l'anime.
Il faut dire deux mots sur cette formidable actrice qu'est LA Gayet et sur le fait qu'elle démontre, une fois encore, qu'elle n'a pas cessé de nous épater et de nous surprendre.
Et il faut bien admettre que Xabi Molia montre un vrai talent dans toutes les scènes où il la filme. Elle semble être une véritable inspiration et c'est un grand bonheur de spectateur.



Hélas, le jeune cinéaste ne semble pas faire confiance à son film et à la puissance seule de sa mise en scène et plombe souvent l'ensemble par un excès de scénarisation qui dégage parfois une impression d'artifice très dommageable considérant la force qu'il déploie à montrer l'indicible au travers du visage opaque de sa comédienne.
Il nous entraine alors sur des sentiers plus balisés de la comédie romantique, au ton gentiment décalé, au travers du personnage de Denis Podalydès...
Le comédien n'est pas à blâmer et il remplit parfaitement son contrat, malgré l'impression de déjà vu que sa composition inspire.



On peut alors regretter que Xabi Molia n'ait pas l'audace d'un parti pris plus radical en faisant confiance à la force de son sujet et au talent immense de sa comédienne.
Le personnage est largement assez mystérieux et fort pour que le récit soit entièrement axé sur elle et que l'apparition de personnages secondaires se fasse plus ponctuellement (DRH, cousin, amant, patronne...), comme des digressions à la ligne droite, un peu à la manière utilisée par Agnès Varda dans Sans toit ni loi, ou d'une façon plus légère dans Drôle de Félix de Ducastel & Martineau. Ces deux films prenant le pari d'axer le film entier sur la trajectoire d'un personnage qui se construisait en plein comme en creux au travers des diverses rencontres du récit.
Ici, le film semble un peu victime de son scénario, trop écrit, trop dialogué et finalement peu original, alors que l'on perçoit bien le potentiel qu'il semble sous estimer.
De ce fait, la marge, justement son sujet, semble lui échapper, à force de trop vouloir baliser le terrain, le film se prive parfois de la liberté des errances des ses personnages et perd un peu en force. A voir, cependant pour ce qui reste sans doute comme un des plus beaux rôles de Julie Gayet, un peu ce qu'avait été le Didine de Vincent Dietschy pour Géraldine Pailhas.
Mais lui ne craignait pas de nous perdre dans l'opacité de son personnage malgré la présence forte des rôles secondaires.
Il reste ceci de très beaux moments de cinéma dans ce 8 fois debout et la promesse certaine d'un vrai regard de cinéaste qui sera sans doute confirmé bientôt.






6 commentaires:

selenie a dit…

Plutôt mitigé... Un duo Podalydes-Gayet en forme dans leur personnage de loosers qui n'arrivent pas à s'en sortir, mais le veulent-ils vraiment ?!... Et c'est là que le film se perd un peu. En effet il semble que Xabi Molia ait voulu faire une comédie sociale réaliste sur les galères dans la recherche d'emploi mais au final il s'agit surtout de deux paumés qui se complaisent dans leur marginalité notamment celui de Podalydes qui philosophe même sur pourquoi travailler ?!... Si on prend le film comme un film qui dénonce un temps soit peu le système le film est râté car ses deux anti-héros symbolisent surtout les chômeurs assistés plutôt que des chercheurs d'emploi qui veulent vraiment s'en sortir. Sinon le film reste une comédie dramatique qui vaut surtout pour le jeu des acteurs et les dialogues bien écrits. Un film qui réinvente en quelque sorte la comédie sentimentale par une trame plus originale. Bref un film qui râte sa cible mais en trouve une autre. Bizarre mais à conseiller.

Foxart a dit…

Je ne partage pas vraiment ton avis...
Je ne pense pas qu'il y ait ni complaisance, ni volonté d'assistanat chez ces personnages...
Juste une inaptitude à la vie sociale ou une inadaptation certaine au système, et sans doute une certaine torpeur presque dépressive due aux coups dans la gueule (je pense notamment à l'entretien d'embauche de l'Intermarché).
Et puis la débrouille pour survivre...

Et, en l'occurence, je trouve que c'est justement là que le film est le plus réussi, quand il parvient justement à rendre sensible cette inadaptation, au risque de rendre ses personnages plus rugueux, presque déplaisants (le baby sitting...).
Je n'ai pas l'impression que Bolia ait l'ambition de décrire ni encore moins de dénoncer un système, mais plutôt de rendre sensible ce ressenti sur des individus, certes borderline, mais toujours humains et attachants.
Tu as raison sur le fait que le film est extrêmement bien écrit et dialogué mais en l'occurrence ce n'est pas ce qui me touche ici.
Je suis ébloui par contre par certaines scènes où Gayet monologue chez elle et refait le film, les scènes avec le cousin, ou à cette belle scène où elle épie Podalydès se baignant nu dans le lac.
Quand le film s'arrête un peu d'écrire et commence vraiment à filmer...

Phil Siné a dit…

que de retenu ! j'ai été bien plus enthousiaste que toi sur celui là... et j'adore podalydès, même si en effet il reste un peu sur un registre connu... mais il y est tellement parfait ! :)

pinksataniste a dit…

Compte-rendu intéressant, mais tellement partagé... et pointant a-priori des "défauts" ou "choix" qui ne sont pas pour me plaire. Podalydès ne m'a jamais ému, de surcroît (quoique rire, si), donc je laisse, j'ai l'impression d'un mélange tiède entre "Chambon" et "la confiance règne".

dasola a dit…

Bonsoir, et bien moi, j'ai trouvé ce film très bien tout du long. C'est un pari réussi d'avoir transformé un court-métrage en long. Je ne connais pas le réalisateur. Julie Gayet est impeccable. Rien à dire. (mon billet du 29/04/10)

Ulike Team a dit…

Bonjour,

Votre blog a été soumis sur notre site ulike.net par un de nos utilisateurs.
Nous avons regardé votre blog et nous souhaiterions vous proposer de rejoindre notre réseau de blogs partenaires.
Si vous êtes intéressé vous pouvez l'inscrire sur http://fr.ulike.net/top-blog ou nous écrire à news[at]ulike[dot]net.

La uliketeam, qui est heureuse d'avoir découvert votre blog.