10 octobre 2011

Machin à vapeur






Un professeur d'université enlève six otages et les enferme ensemble dans un hammam où la température monte à 55°. Il veut ainsi prouver que, face au réchauffement climatique, les hommes vont devoir se battre pour leur survie...

Quand on se retrouve face à un tel ratage, on est quasiment devant un cas d'école et l'on en serait presque à cours d'argument tant le film dans son entier est - à lui seul - le meilleur argument pour démontrer son absolue nullité.

Mais puisqu'il me faut le faire je vais en attaquer chaque aspect un par un... et enfoncer des portes ouvertes (un comble pour un film basé sur l'enfermement et qui se voudrait claustrophobique).



A commencer par le casting...
Il y a encore 15 ans, une telle affiche aurait pu nous faire vaguement saliver: Val Kilmer (Heat), Armand Assante (La taverne de l'enfer), Eric Roberts (Star 80) & Patrick Muldoon (Starship Troopers)...
Aujourd'hui, ce machin vaporeux ressemble bien davantage à un film à visée alimentaire (menu vapeur) peuplé de has been assez pathétiques...


Val Kilmer, notamment confirme ce que l'on a toujours su confusément: qu'il est bel et bien un des pires acteurs qu'Hollywood ait consacré suite au succès incompréhensible du super navet Top Gun...
Dans Locked il interprète son personnage de psychopathe obsédé par le réchauffement climatique avec une telle sobriété que l'on croirait un psychotique bourré de tocs défoncé à la coke... on est sans arrêt partagé entre la honte et le rire tant il est confondant de nullité dans le rôle et au final, c'est le pathétique qui l'emporte sur le comique... d'autant que le premier plan où on le voit obèse en pyjama sur son lit d'hôpital est vraiment navrant...


Armand Assante ne relève pas le niveau tant il semble s'ennuyer encore davantage que le spectateur et s'excuser d'être là pour pouvoir payer sa note d’électricité et ses impôts...
Patrick Muldoon est mauvais de bout en bout et toutes les filles ne sont visiblement là que pour jouer les utilités décoratives en bikini...


Seul Eric Roberts tire vaguement son épingle du jeu en prouvant une fois de plus l'acteur sous estimé qu'il est et en se donnant sans compter, même dans le pire des navets.
J'espère qu'un jour, quelqu'un lui donnera enfin la chance qu'il mérite de revenir sur le devant de la scène tant il est un acteur doué et charismatique. Malheureusement, le film ne lui rend pas justice...


Concernant le scénario... C'est absolument consternant... Outre l'incroyable et surréaliste séquence où chaque personnage débite son CV dans le sauna en deux minutes chrono comme pour un entretien d'embauche ("je m'appelle machine, je suis serveuse, j'aime ci et je déteste ça...") avec le Boléro de Ravel en fond sonore est stupéfiante d'indigence et de ridicule.


Mais la suite est pire encore... et d'invraisemblances criantes en twists imbitables, de scènes téléphonées en bizarre mélange des genres, ce film qui se voudrait sans doute un thriller implacable quelque part entre Cube et Shutter island, ne cache pas longtemps son impuissance narrative et cinématographique et sa peine à faire jouir le spectateur...

Lien

La mise en scène est une espèce de gloubiboulga indigeste à base de filtres jaunasses et flous sensés nous plonger dans les vapeurs du hammam et de caméra tournoyantes à la Lelouch complétement incongrues dans le cadre de la salle d’interrogatoire...
Le montage bordélique renforçant cette impression de n'importe quoi et je mets au défi qui que ce soit de m'expliquer les tenants et aboutissants du film tant il est confus dans sa forme comme dans son récit...



Jusque dans son discours peu clair sur cet illuminé écologiste et terroriste, obsédé par les prédictions mayas sur la fin du monde de 2012 (!) et le réchauffement climatique qui pose d'ailleurs le film dans une ambiguïté idéologique assez gerbante, en prime.



Un final complétement incompréhensible achèvera le plus persévérant des spectateur en démontrant la totale absence d'idées de cinéma autant que d'un scénario solide et l'on a bien du mal à comprendre comment une telle bouse peut trouver un financement, obtenir l'accord d'acteurs même has been et surtout être distribué, même en DTV, surtout quand tant de merveilles restent injustement dans des tiroirs pendant des années...



Passez votre chemin et utilisez vos 15€ pour vous offrir deux heures de vrai hammam, vous y serez largement gagnant... Je vous le garantis !

Locked (the steam experience), un film de Philippe Martinez, des éditions M6 Video - Actuellement en DVD

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello! je n'ai pas vu Locked, mais je suis entièrement de ton avis concernant Eric Roberts, un acteur sous estimé et foutrement charismatique.

Par contre j'ai un petit faible pour Val Kilmer version bouffi eheh!

The Original Bonça

Foxart a dit…

Je ne te le conseille vraiment pas...
MAis en attendant... Bienvenu chez moi !!

Phil Siné a dit…

ah je l'avais demandé... ouf, j'ai la chance d'y avoir échappé alors ! :)

Foxart a dit…

Bah moi il était en toute fin de liste et j'y ai eu droit... Et ça a vraiment été une purge...lol

FredMJG a dit…

Bon sang le p'tit val mais que lui est-il arrivé, lui qui était si craquant ?! Faut qu'ils arrêtent tous avec le syndrome Brando ! paix à ses cendres à çui ci !
Quant à Roberts, il est mort dans les années 80. RIP

Foxart a dit…

Ah non, malgré la nullité abyssale du film, il est clair qu'Eric Roberts est bel et bien vivant et en pleine forme...
Il suffirait qu'un réalisateur de haut niveau se souvienne de lui... Il pourrait bien faire un come-back sur le devant de la scène...
Il est parfait ici et Dieu sait que ça n'était sans doute pas tâche aisée !

FredMJG a dit…

Quentin, si tu nous lis :)

Foxart a dit…

Tu lis dans mes pensées ;)