18 juillet 2012

Bleached Assholes



Une grosse merde réactionnaire et moralisatrice.
Il y a bien longtemps qu'un film ne m'avait pas mis dans une telle colère !!!
Véritable saloperie idéologique déguisée en sous-Apatow.
Et ne vous fiez pas au casting de luxe... Kristen Wiig, Jon Hamm, Edward Burns, Maya Rudolph & Chris O'Dowd ne sont là que pour jouer les utilités et faire rire (un peu) entre deux scènes téléphonées de comédie romantique qui ferait passer Norah Ephron pour John Cassavettes...
Quand à Megan Fox, son personnage est un cul, deux gros seins et des jambes très flexibles, une bête de sexe avec un QI de bulot...
Et je ne vous parle pas des deux acteurs principaux horriblement mauvais qui tirent le truc un peu plus vers le bas de la pire des sitcoms...
L'un est une sorte de sosie US de Bernard Menez, le talent de comédien en moins et l'autre une pale copie d'Ellen Barkin qui essayerait d'imiter Jennifer Anniston sans avoir le moindre sens comique...
Mais le pire restant dans la leçon de morale réactionnaire (et homophobe... et misogyne !) de la deuxième partie du film.
Un film qui tacle George Bush et se fait passer pour une comédie transgressive et tendre à la Apatow avant de retourner sa veste et de se transformer en véritable apologie de la famille et du mariage entre personnes éduquées, blanches et fortunées dont la seule vraie modernité semble être de dire "fuck" au lieu de "make love" et de boire de l'alcool...
Entre blancs hétérosexuels mariés et friqués...
Le pire étant que ce sommet de misogynie est écrit et réalisé par une femme...
Et pour parler un peu de cinéma... ne cherchez pas, il n'y en a pas !
Détestable !!!

02 juillet 2012

Wet Wet Wet



Pour la surenchère on peut faire confiance à Gulager...
Amateur de subtilité, passez votre chemin !

 

Je dois être le seul au monde à adorer la trilogie Feast... Alors bon... J'aurais du mal à engager qui que ce soit à voir cette séquelle, à moins qu'il ne fasse partie des adorateurs de Gulager... C'est mon cas !
Très honnêtement, le film m'a fait mourir de rire du début à la fin... Alors c'est sur que ça n'est pas du Guitry, ni même du Apatow...



 

On est plus proche ici de l'univers des Troma films qui tapent souvent - avec leurs petits moyens - sous la ceinture...
Des pets de vaches au vomi en 3D (Enfin une utilisation judicieuse du relief "de jaillissement" lol) en passant par "Josh cut off his penis because something came out of my vagina", je retrouve dans Piranha 3DD tout ce que j'aime du mauvais gout Z et trash assumé de Gulager et j'y ai pris beaucoup de plaisir... Je ferais sans doute partie des très rares à aimer ça, comme j'ai fait partie des très rares à détester le film d'Aja... (Pour mémoire: http://foxart4.blogspot.fr/2010/09/marche-aux-poissons-et-foire-aux.html)





 

Mais du pré-générique aux bêtisiers finaux, je me suis bidonné quasi-non stop... Alors on pourrait exiger en prime qu'une comédie soit un poil plus subtile, mais en l’occurrence, il ne faut pas trop en demander à Gulager et comme je m'attendais à une série B parodique (rien que par le titre 3DD lui même...), je n'ai pas été déçu dans mes attentes.

 

C'est une pure parodie du film d'Alexandre Aja et son exact inverse...


 

Ici le film est modeste (budget autant qu'ambition, celle, unique, de faire marrer...) mais bourré d'idées comiques formidables et de dialogues vraiment cultes: ("Little ginger moron", le parpaing, le bontempi d'Hasselhoff, The "fish hunter", la vieille sale gueule de Gary Busey, "Six inches and a badge", la vache qui pète, "That, my darling, is what's natural selection's all about", "I thought you were gay", le come-back vraiment poilant de Ving Rhames, le cabotinage en roue libre de Christopher Lloyd, le harpon, "I need medical attention" avec le squelette dans les bras, La pub "Wet" de David Koechner... Et je pourrais en faire une liste longue comme le bras...
Je me suis vraiment régalé...

 

Le film d'Aja était pété de thunes et prétendait détrôner le film de Dante en allant dans une surenchère de mise en scène et d'effets qui n'était pour moi QUE de l’esbroufe...
Dans l'esprit satirique comme dans sa mise en scène, efficace et goguenarde, ce Piranha 3DD est un hommage beaucoup plus réussi et plus sincère à Joe Dante (et à plein d'autres...), tout en ne restant très humble dans sa volonté parodique: pipi-caca-vomi-bite-nichon et tête d'enfants arrachée...



 

Toutes les pseudo-audaces de Aja étaient si "fake" pour moi...
Ici, ça renifle la jubilation de filmer, le plaisir des acteurs est visible à l'écran et vraiment, qu'est-ce que c'est drôle !


 

Alors, c'est sûr, ça ne sera certes pas le film le plus fin, ni le plus intelligent, ni le mieux chiadé de l'année et ça n'aura sans doute même pas les honneurs d'une sortie en salle, mais c'est pour moi d'une incontestable honnêteté...