19 janvier 2015

Déprogrammation momentanée de "Timbuktu": le maire s'explique, la productrice du film réagit


"Timbuktu", © Le Pacte via Allociné

Le maire UMP de Villiers-sur-Marne avait décidé de déprogrammer ce film au nom de la lutte contre “l’apologie du terrorisme”. Sylvie Pialat, sa productrice, commente cette déprogrammation et la récente nomination du film aux Oscars.

Les attentats commis en France la semaine dernière ont de nombreuses répercussions, dont cette incompréhensible déprogrammation du filmTimbuktu par la mairie de la commune de Villiers-sur-Marne située en région parisienne.
Selon le Parisien, le maire UMP Jacques-Alain Bénisti avait d’abord déprogrammé le film en affirmant qu’il pouvait “faire l’apologie du terrorisme”, alors que ce dernier a eu un accueil très positif à Cannes, où il était en compétition officielle en mai 2014, puis un joli succès public en décembre 2014 au moment de sa sortie. De plus, il figure parmi les nominés pour l’Oscar du meilleur film étranger. Sous la pression du chef de l’opposition PS, Frédéric Massot, largement relayée par les médias et les réseaux sociaux, le maire a finalement annoncé que la projection du film dans la petite salle municipale d’art et essai de la ville était décalée de quelques semaines.
“La question n’est pas de savoir quel est le message du film”
Contacté par Les Inrocks, Jacques-Alain Bénisti a déclaré :
“Nous avons décalé la sortie du film de quelques semaines. Il faut savoir qu’Hayat Boumeddiene [compagne d'Amedy Coulibaly, ndlr] est originaire de la commune. Au moment des attentats, elle était devenue une héroïne pour certaines personnes issues des communautés. Pour d’autres, elle entachait la réputation de la ville. Ces tensions sont retombées à l’occasion de la manifestation qui a rassemblé 500 personnes, toutes communautés confondues, dans un esprit de sérénité. Il faut aussi savoir que nous avons 4 800 personnes originaires d’Afrique, dont de nombreux Maliens. Dans ce contexte, je ne voulais pas montrer un film aussi violent et aussi proche des événements récents, film que j’avais pourtant moi-même choisi de montrer. La question n’est pas de savoir quel est le message du film. Pour moi, il aurait été déplacé de montrer le film alors que tout le monde est encore traumatisé par les attentats. Mais je ne l’ai pas encore vu, je le verrai ce week-end.”
“Timbuktu est tout le contraire d’une apologie du terrorisme”
Egalement jointe par la rédaction, la productrice du film, Sylvie Pialat a du mal à comprendre cette déprogrammation momentanée :
“J’essaie de comprendre comment on peut décider de ne pas montrer un film qui a été sélectionné aux Oscars et en compétition officielle au Festival de Cannes. Comme si c’était possible que les Etats-Unis aient sélectionné aux Oscars un film qui fasse l’apologie du terrorisme… Je comprends qu’on réagisse à chaud mais ce type de comportement s’apparente à de la censure, ce qui est exactement ce pour contre quoi les gens ont manifesté dimanche. Visiblement, ni le maire, ni aucune personne de son équipe n’a vu ne serait-ce que la bande-annonce du film. Car Timbuktu est tout le contraire d’une apologie du terrorisme, c’est un film apaisant, c’est un des premiers films à tenter de comprendre, non pas le terrorisme, mais ce que représente le fait de vivre sous l’oppression de ces fanatiques qui tentent de vous faire croire qu’ils connaissent votre religion mieux que vous.”
Elle réagit ensuite sur le succès du film et sa nomination aux Oscars :
“Cette nomination va bien au-délà de mes espérances les plus folles. Depuis le début, ce film est une aventure incroyable. Cette nomination, c’est une apothéose. J’en suis extrêmement fière car non-seulement il a reçu de nombreux prix, mais c’est aussi un succès public. Malgré les entrées en salle qui, logiquement, se sont effondrées depuis la semaine dernière, le film a subit moins de pertes que les autres. Nous avons atteint les 550 000 entrées, mais j’aurais déjà été satisfaite à 300 000. C’est vraiment un film qui fait tomber les frontières et qui parle directement au public.”
Timbuktu d’Abderrahmane Sissako est encore visible en salle si vous ne l’avez pas encore vu. Il sortira aux Etats-Unis fin janvier et pourrait remporter un Oscar à la portée symbolique forte.





















































































Source: Les Inrocks - Déprogrammation momentanée de "Timbuktu": le maire s'explique, la productrice du film réagit

Aucun commentaire: