16 mars 2015

Dark Cloud



Davantage film fantastique atypique que véritable film d'horreur, Dark summer tente de renouveler le précédent exploit de Paul Solet  en essayant de ripoliner le genre "hantise & possession" façon cinéma d'auteur comme Grace apportait un nouveau regard très singulier sur le cinéma de vampires ou de zombies.
Malheureusement, malgré de bons acteurs et un scénario au vrai potentiel, le film ne parvient jamais vraiment à décoller, excepté lors de brèves scènes et il souffre d'un vrai manque de rythme.
Il reste néanmoins honnête et pas totalement inintéressant mais on peut regretter que cette originalité formelle consistant à éviter à tout prix le spectaculaire ne parvienne jamais à faire glisser le récit d'un ennui poli à un vrai malaise.
Le style de Solet reste cependant très personnel et je parierais bien qu'il ait encore quelques belles idées à nous soumettre dans cet esprit, mais il faudra qu'il parvienne à rendre son récit plus haletant, à renforcer les enjeux tout en conservant la même économie de moyens pour faire que sa mise en scène et notre trouillomètre soient à la hauteur de son ambition d'une vision intimiste de l'horreur.

Aucun commentaire: