16 mars 2015

Shoot the moon

 

Nom d'un "chien", quelle éclatante réussite !



Une série B de genre comme on aimerait en voir plus souvent: à la fois gaulé comme un western horrifique à la Carpenter et hommage réjouissant aux deux cult-classics de Dante et Landis, ce film de loup-garou aux parfum 80's,  au scénario passionnant, à la mise en scène solide est tout du long porté par un acteur vraiment épatant et il a  - en prime - l'élégance de privilégier les maquillages prosthétiques à l'overdose de numérique. Il se révèle souvent "poilant" et il ne cesse de surprendre. Il s'avère même être probablement le meilleur film de lycanthrope depuis Le Loup garou de Londres et Hurlements...



On pourrait certes m'opposer en forme d'exception le beau blockbuster classieux et oldscholl, The Wolfman (en director's cut, of course) mais cette péloche ci ne joue clairement pas dans la même cour au niveau du budget ni de la direction artistique et ce qui lui fait défaut, elle le compense vigoureusement par une histoire forte, du vrai bon cinoche et une bonne rasade d'humour (et surtout pas au second ni au troisième degré !).
On retrouvera ainsi avec plaisir et nostalgie la croquignolerie et la puissance d'évocation des créatures du film de Joe Dante et le tragi-comique du chef d’œuvre de Landis.



Honnêtement, pour ne pas prendre un vrai pied à un tel petit bijou il faut avoir du caca plein les mirettes, ne pas aimer le genre ou avoir le cerveau rongé par l'abus des navets de la franchise Underworld...
De l'excellent boulot, tout à la fois modeste et généreux.
Tout ce que j'aime !
Et pour les amateurs, vous serez sans doute encore plus tenté de le voir si je vous dis que le réalisateur argentin, Adrián García Bogliano, n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il a déjà pas mal de films au compteur, parmi lesquels les excellentes série B que sont I'll never die alone, The ABCs of death et surtout le superbe Here comes the devil...


Aucun commentaire: