27 avril 2016

"Fuckanistan or whatever country you came from"




Toi qui entres dans cette salle de ciné, abandonne ici tout espoir de subtilité et même de vraisemblance...
Ici tu trouveras tous les codes les plus éculés et stéréotypés du film catastrophe, du cinéma d'action et du film de guerre mêlés plus ou moins heureusement...
En pleine propagande tu nageras jusqu'aux oreilles, le drapeau des USA est déjà hissé sur l'affiche, The President prêtera serment sous tes yeux embués de larmes et l'hymne américain te seras asséné, martelé et enfoncé dans le crâne à grand renfort de raccourcis racistes quand l'ennemi basané sera immanquablement écrasé comme un vulgaire cafard.
Tu trouveras ton quota de têtes d'affiche de second plan (Morgan Freeman, Aaron Eckhart, Gerard Butler, Angela Bassett, Radha Mitchell...) qui cachetonnent ici éhontément mais ne t'étonnes pas si certaines ne font ici que de la figuration (Melissa Leo & Robert Forster cumulant une ligne de dialogue... à eux deux !).
Tu auras au moins la seule assurance de ne pas trop t'ennuyer si tu réduis ton degré d'exigence à "less than zero" et si tes allergies à ce genre de produits n'irrite pas trop le fond de ton œil...
Saches que si tu manques l'occasion de le voir, même illégalement, tu ne manqueras en réalité vraiment pas grand chose et que malgré l'absence de temps morts, le spectacle - y compris de la destruction d'une partie de Londres - est globalement assez peu réjouissant et... "spectaculaire", hélas...
Déjà vu tout ça, mille fois, tu as... et en mieux...
Revois donc plutôt San Andreas, Independance Day ou 2012, c'est tout aussi bas de plafond mais bien plus marrant, rétrospectivement...

Aucun commentaire: