07 août 2017

Mademoiselle Jeanne 1928 - 2017

Une semaine après Claude Rich, avec lequel elle avait plusieurs fois partagé l'affiche (notamment dans le très beau Mata-Hari Agent H21), Jeanne Moreau - d'un an son ainée -  actrice de génie entrée dans la légende pour avoir tourné avec Truffaut, Demy, Buñuel, Fassbinder, Welles ou Duras se fait la malle à son tour.


 Olivier Roller - 2005

Parlant de sa mort lors d'une interview récente, elle avait déclaré qu'elle ne la craignait pas et qu'elle "aimerait mieux exploser que mourir tranquillement"...
Il semble qu'elle soit morte aussi soudainement, imprévisiblement et plus paisiblement qu'elle l'aurait souhaité et elle laisse derrière elle une filmographie telle que son immortalité ne fait pas débat...





Jeanne Moreau vivra à jamais dans les bottines de Célestine, dans la tunique d'amazone de Julie Kohler, sous la crinière peroxydée de Jackie Demaistre, sous les faux-semblants et les parures de Mata-Hari, dans les pas de Lady M, dans la bigoterie hystérique de La Major, dans les règles revenues de Jeanne Pirolle et bien évidemment dans le sourire de la Catherine de Jules et Jim.






Et puis, surtout, C'est sa voix qui restera, sa voix, unique, sa voix parlée, sa voix chantée, sa voix jeune et sa voix âgée... Les voix de Mademoiselle Jeanne ne s'effaceront jamais.

Mademoiselle Jeanne est morte...
Que vive Jeanne Moreau l'immortelle !






Claude Rich 1929 - 2017




Claude Rich, acteur lunaire et singulier s'en est allé rejoindre les astres...







17 juillet 2017

Martin Landau 1928-2017

Adolescent, je maudissais cette connasse de Barbara Bain de faire constamment la gueule dans Cosmos 1999, semblant ne pas réaliser la chance qu'elle avait de se retrouver en galère perpétuelle dans le huis-clos d'un vaisseau spatial, perdue dans l'espace infini en la douce compagnie du beau Martin Landau... et encore, j'ignorais alors qu'elle était en prime sa vraie épouse dans la vraie vie...
Et alors que ma cinéphilie s'affirmait, c'est dans d'imposants second rôle que ce grand acteur ne cessa de m'impressionner, dans des films qui le rendirent immortel, comme le génial La Mort aux trousses d'Hitchcock où il jouait les débutants en grande pompe, le formidable Crimes et délits de Woody Allen, le sous-estimé Tucker de Coppola ou les bisseux géniaux Alone in the dark de Jack Sholder ou Terreur extra-terrestre de Greydon Clark.



Mais c'est évidemment le Bela Lugosi qu'il incarna dans le sublimissime Ed Wood de Tim Burton qui en fit définitivement une légende d'Hollywood décrochant pour ce rôle inoubliable une quinzaine de prix d'interprétation dont le prestigieux BAFTA, le graal Oscar et le chic Golden Globe.
Il avait atteint un âge auquel on peut considérer qu'il avait eu une vie et une carrière bien remplies, ce qui n'empêche qu'on est forcément triste de ne plus revoir sa belle gueule dans d'autres films...


Filmographie très subjective:



1959 - La mort aux trousses - Alfred Hitchcock


1963 - Cléopâtre - Joseph L. Mankiewicz


1966-1968 - Mission impossible


1975-1976 Cosmos 1999



1980 - Terreur extra-terrestre - Greydon Clark


1982 - Dément (Alone in the dark) Jack Sholder


1985 - L'île au trésor - Raoul Ruiz



1988 - Tucker - Francis Ford Coppola


1990 - Crimes et délits - Woody Allen


1994 - Ed Wood - Tim Burton


1999 - Sleepy Hollow - Tim Burton

George A. Romero 1940-2017



Son premier film avait été un coup de maitre et un classique instantané... Et pour moi, La Nuit des morts-vivants fut une sorte de mythe fondateur de mon goût pour le cinéma de terreur: à la simple lecture, enfant, de son synopsis détaillé, dans un Midi-Minuit fauché à mon paternel, des peurs indicibles et délicieuses s'éveillaient déjà et me hantèrent longtemps avant de voir le film "pour de vrai", en chair, en os et en peaux mortes...
Quelques années plus tard, c'est en salle, grâce à une reprise bénie que je découvrais enfin ce chef d’œuvre qui reste aujourd'hui encore, pour moi, comme l'un des films les plus terrifiants qu'il m'ait été donné de voir et de revoir, et de re-revoir et re-re-revoir...
Par la suite, j'ai pu découvrir l'immensité de son talent au travers d'expériences de la peur toujours novatrices et de films-matrices tels que son immense Zombie qui ouvrit encore un peu plus large un boulevard - que dis-je, une avenue - au tsunami de zombie-flicks qui ne s'est jamais tari depuis 40 ans.
Mais cet immense cinéaste, s'il restera forcément à jamais lié aux morts-vivants ne s'est pourtant pas cantonné à ce seul sous-genre et il a œuvré toujours vaillamment et avec une immense modestie doublée d'une remarquable intelligence pour le fantastique et l'horreur avec des bijoux tels que Creepshow, Martin, Incidents de parcours ou La Part des ténèbres et évidemment, les incroyables Day of the dead et Land of the dead... Un cinéaste capable de questionner sa propre filmographie et de réinventer ses propres mythes, comme le prouve les formidables mutations qu'offraient Creepshow (dans deux sketches, Father's day et encore davantage dans Something to tide you over),  Deux yeux maléfiques, Day of the dead, Diary of the dead et Land of the dead à la figure du mort-vivant qui avait déjà tant évolué entre la nuit primale et le crépusculaire (Dawn of the dead) Zombie
Son dernier film - le sous-estimé western-zombie Survival of the dead - datait déjà de 2009 et seul un projet de production de "Road of the dead" semblait récemment sur le feu. Il devait être dirigé par Matt Birman, co-écrit et produit par Romero qui ne pourra hélas en assurer la supervision. On ne sait ce qu'il adviendra de ce projet mais sans Romero, il reste peu d'espoir qu'un grand film en émerge et au fond, désormais, on s'en bat les gonades...
Il ne nous reste donc que nos yeux pour pleurer et nos vidéothèque pour célébrer la mémoire de cet immense figure du cinéma de genre.
George A. Romero's undead and will never fucking die... NEVER  !



1968
1971


1972


1973


1978


1978


1981


1982


1985


1988


1990


1993
 2000

 
2005

 2007


2009



09 juillet 2017

Nelsan Ellis 1978-2017


Nelsan Ellis, inoubliable interprète de l'uber-queer personnage de Lafayette dans True Blood nous quitte à 39 ans... On l'avait également entrevu dans Le Majordome, Get on up, The Stanford prison experiment ou La couleur des sentiments.


06 juillet 2017

Pierre Henry 1927-2017


Le papy de tous les DJs s'en va rejoindre son compère Michel Colombier disparu en 2004. Il laisse une œuvre surprenante d'avant garde comprenant quelques méga-tubes planétaires et une Œuvre majeure:











30 juin 2017

Michael Nyqvist 1960-2017




Cette incroyable gueule, ce grand acteur suédois nous quitte prématurément, en pleine ascension internationale à l'âge de 56 ans...
Filmographie sélective:





Simone Veil 1927-2017



2015


Le destin romanesque d'une grande dame s'achève à presque 90 ans...
Une grande féministe, une survivante de la Shoah... Une politicienne courageuse, de  conviction et incorruptible bien que de droite...
Et une si belle femme qui nous quitte...





26 novembre 1974